Réalisations de Photos, d'Audiovisuels, de Dessins et de Textes...Espace détente...Bienvenue sur PHOTOS-CLIC-DIAPOS
 
AccueilPublicationsS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Le chrysanthème : la fleur de vie d'après une légende japonaise

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gy-Maud
Admin
avatar


MessageSujet: Le chrysanthème : la fleur de vie d'après une légende japonaise   Lun 27 Juin 2016, 14:43

Il était une fois, un p'tite fille.
Haute comme trois pommes,
aux joues toutes rondes,
aux yeux noisette, pétillants.
Elle regarde le monde avec douceur,
la bêtise des hommes la désoriente.
La forêt toute proche de sa maison
l'accueille chaque jour.
Ses pas, silencieux, arpentent les chemins de pierre.
Les oiseaux confiants chantent à tue tête,
les biches et les cerfs, sans méfiance,
s'approchent de la p'tite fille
attendent avec patience le pain dur
caché au fond de la poche de son tablier.
Les arbres bruissent la mélodie du vent.
Les fleurs se redressent,
les champignons sortent
leur chapeau de dessous leur cachette.
Le renard et l'écureuil aux robes rousses
éclairent de leur fourrure la pénombre du sous bois !
Le hérisson se fait tout doux,
la couleuvre glisse dans les herbes folles
et siffle sa présence.



Dans la forêt de la p'tite fille
haute comme trois pommes,
l'araignée, excellente ménagère,
tricote sa toile ;
l'escargot, gymnaste émérite,
grimpe à la corde lisse ;
la chenille, élégante,
lisse ses longs poils ;
la grenouille, de sa voix de crécelle,
massacre le concerto à la pluie ;
le vent, artiste coiffeur,
ondule l'eau de la mare !
Le chemin conduit l'enfant dans son royaume,
sans roi, ni reine, ni prince.
A travers les arbres,
dame licorne sort des légendes,
les dragons miniatures des contes,
promènent leur long corps
sur les lignes de l'histoire inventée par l'enfant !



Au bout du bout du chemin,
les arbres disparaissent
une grande rivière,
dont on ne voit le rivage
arrête les promenades
de la p'tite fille haute comme trois pommes !
Là bas, de l'autre côté disait sa mère,
vivent les trolls, gardiens de la montagne aux fées !
tout au sommet un aigle royal
garde la fleur de vie
qui pousse dans le jardin des sorcières !
Combien trouvèrent la mort
pour avoir essayer de cueillir cette fleur !
Impossible de traverser la rivière,
à la nage ou avec un bateau !
Certains disent qu'une falaise d'or, infranchissable,
tourne autour de la montagne.
et quiconque arriverait à la franchir,
un vent fou désarçonnerait
le montagnard le plus aguerri,
le précipitant dans un ravin sans fond !



Un jour d'hiver,
sieur le Gel frappe fort !
L'enfant, haute comme trois pommes
se promène au bord du lac blanc gelé!
Sous l'arbre sans feuille
un cygne pris au piège de la glace
gémit sa souffrance !
La p'tite fille s'approche prend une pierre,
faisant fi du danger,
elle casse la prison glaciale de l'oiseau.
Libéré, il secoue ses ailes et dit :
- Merci à toi, je te revaudrai ton geste de courage !
Le cygne majestueux s'envole dans le ciel bleu polaire.
Au printemps, après un hiver terrible,
la famine ravage le pays.
Pour se nourrir les hommes déposent des pièges dans la forêt.
La p'tite fille souffre pour ses amis.
Dés qu'elle aperçoit un animal
la patte prise dans la mâchoire de fer,
elle rassemble toute ses forces
le libère, le soigne,
tout en lui murmurant des mots réconfortants !



Un jour d'été près du roncier
l'enfant entend un gémissement.
Elle s'approche sur la pointe des pieds,
intriguée elle aperçoit un bout de tissus
d'un jaune éclatant ..
- Quelle drôle d'idée de se cacher dans les ronces
s'exclame la p'tite fille !
Une voix de crécelle lui répond :
- Au lieu de pérorer, aide moi !
L'enfant tire et tire sur le tissus de coton
soudain apparait un bon gros derrière
suivi par le reste du corps :
une sorcière avec une robe couleur de feuilled'automne !
- Mes lunettes râle t elle !
L'enfant les trouve accrochées à une branche.
La sorcière pose ses bésicles toutes rondes
sur son nez crochu !
- Je m'appelle Redingote !
Pas douée pour les tours  de magie,
très forte pour résoudre les énigmes
si tu ne trouves pas de solution à un problème,
chante la comptine
"'un deux trois nous irons aux bois"
et je viens dans l'instant !
Merci pour l'aide apportée !
Voyons la formule :
six, sisteron, rond  de bois
boisson d'hiver, un, deux, trois !
Dans un tourbillon de feuilles d'automne
la sorcière Redingote disparait !



Quelques années plus tard,
la mère de l'enfant frappée par la maladie
au porte de la mort prie sa fille
d'aller chercher le médecin du village.
Plus rien à faire, trop tard !
L'enfant devenue une belle jeune fille
décide d'affronter la montagne magique,
de grimper tout en haut,
vers le jardin qui renferme la fleur de vie.
- Votre mère survira trois jours pas une de plus
dit le médecin à la jeune fille.
Vous savez les dangers qui vous guettent,
personne ne revient vivant de cette expédition.
Accompagnez les dernières heures de votre mère !
L’adolescente n'écoute pas,
enfile ses chaussures de marche,
prend son sac à dos avec deux morceaux de pain,
et gagne la forêt



La jeune fille traverse la forêt
à la lisière du bois commence le long chemin
vers la montagne sacrée
où se trouve le jardin à la fleur de vie.
Soudain une rivière, si large
que l'on ne voit pas l'autre rive,
arrête sa marche.
Sans faillir la jeune fille décide d'en faire le tour,
espérant trouver un pont,
ou une largeur moindre
afin de traverser le cours d'eau
à la nage !
Derrière son dos, une voix acide la fait tressaillir :
- Cette rivière fait le tour de la montagne sacrée
Tu ne pourras la traverser,même à la nage !
Tous ceux qui essayèrent
disparurent emporter par les remous !
La jeune fille se retourne voit un centaure grimaçant !
- Je suis le gardien de la montagne sacrée.


Le centaure rit à faire trembler la montagne,
dans un nuage de poussière il disparait.
La jeune fille s'assoit et réfléchit.
Trouvera t elle une solution pour traverser cette rivière sans rivage ?
Un bruissement d'ailes brise le silence !
Près d'elle se pose majestueux un cygne :
- Tu ne me reconnais pas ? lui demande t il ?
Tu m'as sauvé des griffes de l'hiver,
à mon tour de t'apporter de l'aide !
Monte sur mon dos et accroche toi à mon cou
- Comment le pourrais-je sourit la jeune fille,
regarde ma taille !
L'oiseau touche le bras de l'adolescente.
En un instant elle prend la taille d'une poupée de porcelaine !
Sans peur elle grimpe sur le dos du cygne
Quelques heures plus tard dans un atterrissage parfait,
le cygne dépose la jeune fille sur l'autre rivage.
- Ma mission s'arrête là,
tu rencontreras d'autres obstacles à to de les franchir.
La jeune fille soupire et reprend,
courageuse le chemin vers le sommet de la montagne.



Après deux heures de marche,
elle entend une plainte au pied d'un arbre.
Elle s'approche,
un écureuil blessé à la patte gémit.
Tout doucement la jeune fille l'ausculte.
tout en chuchotant une comptine
pour le tranquilliser.
- Je vais réparer votre patte brisée.
Cela ne vous fera aucun mal !
Elle casse une branche de l'arbre,
la met à la taille de la patte malade,
déchire le bas de sa chemise pour en faire une bande.
- En attendant votre guérison dit la jeune fille
l'adolescente, donne à l'animal blessé un morceau de pain.
Elle continue sa route, en fin de journée
elle reconnait l'arbre de l'écureuil !
Ainsi elle tourne en rond !
Le chemin sans fin ne présente aucune issue !
- Heps ! appelle une voix, pour te remercier,
de m'avoir soigné, je vais t'aider !
A dix pas d'ici sur ta gauche,
tu verras un rosier blanc avec une seule fleur !
Approche toi et dis lui :
"vous êtes le soleil de ce chemin"
Un sentier s'ouvrira, suis le !


Le jour ouvre la porte de la nuit,
la jeune fille s'arrête sous un arbre,
dévore la moitié du deuxième morceau de pain,
s'enroule dans une couverture de soie,
sortie de son sac à dos.
Épuisée, elle s'endort.
La douceur des rayons du soleil levant la réveille.
Elle frissonne se lève et se lave à l'eau d'une cascade,
vaillante elle reprend son voyage.
Très vite le sentier débouche sur un large chemin,
semblable à celui qui bordait la rivière,
à sa place un grand mur aux pierres d'or
impossible à grimper :
trop lisse, trop haut !
Très vite elle se rend compte
qu'elle tourne en rond !
Pas la moindre fissure, pas la moindre accroche !
Sur son visage coule des larmes d'impuissance !


La jeune fille pose à nouveau ses mains sur le mur,
toujours aussi lisse sans la moindre faille.
Elle sent, sur sa jambe, un gratouillis.
Elle se retourne,
étonnée elle reconnait l'écureuil soigné la veille :
- Votre patte déjà guérie ? demande t elle
- Je suis un des génies de cette montagne,
je protège le jardin à la fleur de vie.
Pour te remercier des soins prodigués,
pour te remercier pour le pain donné,
je vais d'aider.
Dans le mur l'écureuil trace un trait,
et murmure des mots incompréhensibles
Le trait devient faille,
de faille couloir !
- Vas jusqu'au bout, ne t'arrête jamais.
Le mur se refermerait sur toi.
Quand tu arriveras au chemin bordé d'arbres
tu ouvriras ton sac, pas avant !
La jeune fille voulut remercier le génie de la montagne :
plus personne rien que cet immense couloir !
Vaillante elle repart vers sa quête.
Le sac à dos semble plus lourd.
La curiosité la tenaille,
les paroles de l'écureuil chantent dans sa tête,
ne pas s'arrêter, aller jusqu'au bout du couloir.



Au bout du couloir,
à nouveau le même chemin,
ou, tout au moins, il ressemble aux autres.
Elle s'arrête sous un arbre, s'assoit
ouvre son sac à dos :
ô surprise,
un bol de porcelaine rempli de riz
avec des morceaux de poissons séchés !
Son bol terminé, du thé parfumé au jasmin,
remplace le riz et le poisson.
- Je ne sais qui je dois remercier
dit elle à très haute voix.
Le riz et le thé un délice.
Merci !
Délicatement elle pose le bol vide au pied de l'arbre,
le deuxième soir étire ses ailes de nuit.
Fatiguée la jeune fille s'endort ..


A l'aube la jeune fille se réveille.
Stupeur, un mur de ronce l'entoure !
- Ne crains rien dit l'écureuil.
De ses dent il rogne et rogne
de la plus petite à la plus impressionnante tige.
Au soleil de midi l'écureuil termine son travail.
La jeune fille avance vers le chemin de sable.
Le vent souffle en tempête !
Ainsi la légende dit vrai :
quiconque franchirait les deux obstacles,
ne pourrait aller plus loin :
le vent fou le jetterait dans un ravin sans fond ..
- Ne crains rien dit le cygne
Grimpe sur mon dos,
accroche toi fort
je te déposerai près du jardin des sorcières.
Pendant des heures et des heures l'oiseau lutte contre Éole.
En fin d'après midi, épuisé, le grand oiseau blanc triomphe de la tempête
Plus que quelques heures de vie pour sa mère ...



Quelques pas avant d'arriver au portail du jardin des sorcières.
Devant la jeune fille se dresse le centaure au rire effroyable !
- Les génies de la montagne furent bienveillants
Ils t'aidèrent à passer les obstacles,
aucun ne te donnera la réponse à cette énigme
d'un pays lointain posée par le Sphinx :
Il n'a qu'une seule vois,
le matin quatre pattes
à midi deux pattes
le soir trois pattes !

Que répondre ?
La jeune fille pense à Redingote  
la sorcière rigolote, elle l'appelle.
Un tourbillon de feuilles mortes,
la voici toute échevelée
ces cheveux roux en bagarre
ses lunettes rondes de guingois au bout de son nez crochu.
Sa jupe froissée pleine de poussière ...



Redingote sourit, et tout en défroissant sa robe :
- L'homme ! Il marche à 4 pattes au début de sa vie;
puis sur ses deux pieds, à la vieillesse il s'appuie sur une canne !

Une deuxième énigme :
- Quel est l'anagramme de pointure ?
- nous allons le voir sur votre visage !
- Comment donc grogne le centaure ?
- Éruption de pustules purulentes ! Éruption !  
Furieux de ces deux réponses si rapides,
le centaure se roule dans l'herbe haute,
il oublie les orties infectées,
ses joues en feu le font se gratter à sang !

- Une troisième énigme gronde le centaure :
C'est mieux que Dieu.
C'est pire que le diable.
Les pauvres en ont.
Les riches en ont besoin.
Et si on en mange, on meurt.

Un instant de réflexion et la sorcière aux cheveux roux répond :
-Rien n'est mieux que Dieu, à ce que l'on dit !
Rien n'est pire que le diable, je ne donne pas mon opinion !
Les pauvres n'ont rien, toujours d'actualité !
Les riches n'ont besoin de rien, logique !
Si on ne mange rien : on meurt !
L’énigme ? Rien !


Dans un grand soupir, le centaure disparait.
La jeune fille pousse le loquet de la barrière,
au centre du jardin, la fleur de vie,
seule et unique avec trois pétales !
Doucement, la jeune fille la cueille.
avec le soir déjà là, né la désespérance.
Jamais elle n'arrivera à temps pour sauver sa mère,
dans quelques heures les trois jours prendront fin !
Près d'elle le cygne se pose :
- Monte sur mon dos !
En un instant l'oiseau dépose la jeune fille
devant la porte de sa maison !
Une tristesse infinie envahit la jeune fille
D'une geste spontané elle prend le cou de l'oiseau
dépose sur son bec un doux baiser !
Dans un bruissement de plumes
l'oiseau se transforme en un beau jeune homme.
- Tu viens de briser le maléfice des génies de la montagne.
Dans un élan de tendresse ils s'embrassent.
Main dans la main ils s'approchent
du lit de la mère de la jeune fille.
Trois pétales, trois années de vie !
Patiemment la jeune fille découpe dix fois chacun d'eux
Ainsi nait le chrysanthème la fleur de vie au Japon !



_________________
 
puisque ça ne ressemble à rien, ça ressemble à tout (Dan)
vos bonjours du matin sont mes sourires du jour (Maud)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.univers-de-maud.com/
 

Le chrysanthème : la fleur de vie d'après une légende japonaise

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Une petite fleur rose au 50 mm
» [Dirie, Waris] Fleur du Désert
» Fleur de Lys royauté
» [Collection] Collection chrysanthème
» Une fleur fane pour en faire renaître une autre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PHOTOS-CLIC-DIAPOS-GRAPHOMAGE :: ESPACE DÉTENTE :: LA PLUME-